En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Reconstruire sa vie professionnelle après son licenciement

Julie T. profite de son licenciement d’un poste de technicocommercial pour reconstruire sa vie professionnelle en s’orientant vers un métier peu ordinaire : Conseillère funéraire. Elle nous raconte…

 

julie t

Julie T Cv

Pourquoi Sodie

  • « La bonne connaissance du territoire et du marché de l’emploi de ma consultante m’a permis d’identifier un métier intéressant et en phase avec mes contraintes personnelles ».
  • « Ma motivation et le fort soutien de ma consultante, m’ont permis de rebondir et de construire un beau projet me permettant de retravailler auprès des personnes dans le besoin ».

 

Une vie professionnelle riche

Diplômée d’un bac médico-social, Julie T. entreprend des études d’infirmière, mais sa situation familiale l’éloigne de toute activité professionnelle pendant plusieurs années.
Lorsqu’elle reprend une activité professionnelle, elle débute par opportunité sur un métier facilement accessible, téléprospectrice. Très vite, elle change d’employeur pour être promue chef d’équipe. Bénéficiaire d’une formation sur le terrain et d’une plus technique, complémentaire, elle évolue petit à petit vers un poste de technico-commercial. Son licenciement économique est une période difficile mais lui permet de remettre
« son parcours professionnel en question et de réfléchir précisément à son avenir ».

Un projet en construction 

Pour des raisons personnelles, Julie T. souhaite partir de la région Bourgogne pour rejoindre l’agglomération d’Aix-en-Provence. En outre, elle a besoin de revenus suffisants et d’une grande flexibilité des horaires. Surtout, elle veut trouver un emploi tourné vers les autres. Autant de contraintes qui ne rendent pas la recherche d’emploi facile. Motivée et proactive dans sa recherche, elle explore tous les scénarios possibles de reconversion avec
sa consultante. Grâce à une connaissance appronfondie du marché ouvert, comme du marché caché, Julie T. demande une formation dans le domaine funéraire où elle repère des
opportunités intéressantes. Suite à sa formation et à son stage, elle a déjà de nombreuses propositions d’embauche. Elle trouve finalement un emploi dans une franchise d’un groupe de pompes funèbres dans les alentours d’Aix-en-Provence. Les premiers pas ne sont pas évidents : « s’adapter à l’exigence de posture du métier est une étape difficile à franchir ». Cependant, la polyvalence du métier et sa flexibilité donnent à Julie T. toute satisfaction quant à son choix de reconversion.

Une vocation hors du commun

« C’est vraiment un beau métier, mais pas évident. Cela nous met face à nos limites ». Pourtant, Julie T. a bel et bien trouvé sa voie. Néanmoins, sa situation familiale l’oblige, « à regret », à quitter cet emploi, la grande flexibilité des horaires n’étant pas ce qu’elle espérait. Elle réintègre un poste de technico-commercial auprès d’un employeur plus souple sur les conditions et les horaires de travail. Julie T. reste toutefois convaincue que, plus tard, quand le moment sera plus propice, elle se dirigera de nouveau vers ce métier de conseiller funéraire.